Quelques chefs d’entreprises se mobilisent pour offrir des parcours de formation à ces garçons en danger au Soudan, en Afganistan ou au Tchad. Quitter Calais pour travailler, un nouvel espoir, une certaine fierté.

Voir l’article dans son intégralité »