Ce sont des déchets de toutes sortes, saisis par les douanes. Leur point commun ? Ils sont polluants. Certains contiennent des produits toxiques. Pneus usés, moteurs encore pleins d’huile, batteries hors d’usage, frigos cassés, des déchets que se disputent les trafiquants. « Je prends tout moi, ne vous inquiétez pas », confie l’un d’eux. Un trafic international depuis la France alors même que notre pays se veut exemplaire en matière de dépollution.

Depuis 2003, les règles françaises sont draconiennes. Tout déchet toxique doit passer par un centre comme Envie 2e nord. En principe, tous les appareils que l’on jette sont censés finir là, dépollués, puis transformés. Coût de l’opération, 350 euros la tonne, financée par une surtaxe : l’écoparticipation payée par le consommateur à l’achat de l’appareil.